Vous êtes mordus de déco
mais, une fois votre joli magazine fermé,
comment adapter les préceptes de pros chez vous ?
Place aux personnalités qui nous sont chères et qui ont eu
la gentillesse de partager leur vision de la décoration.
Avec générosité, elles vous livrent leurs choix assumés
et partagent tips et conseils inspirants
.
Aujourdhui la parole à

Estelle Quilici

 

 

Estelle, pouvez-vous vous présenter ?

Décoratrice d’intérieur depuis plus de dix ans, mon leitmotiv repose sur une idée simple : revisiter le classicisme par des jeux de couleurs et de lumière, une sélection pointue d’étoffes et de papiers peints et des agencements sur mesure sans dénaturer l’esprit des lieux.
 
Je propose une décoration vivante, généreuse, conviviale et pratique. Ainsi, je revisite des maisons de famille, de vacances et des appartements parisiens avec une signature non convenue. Je suis très sensible aux émotions en décoration que je traduis par un style un tantinet British : l’alliance de belles matières anciennes, de nobles matériaux, parfois délicieusement abîmés (velours, bois...) et des motifs fleuris. J’aime aussi contraster avec la fraîcheur de quelques pièces décoratives plus contemporaines, notamment les luminaires que j’aime très structurés. Mon objectif c’est de créer un équilibre entre hier et aujourd’hui, équilibre dont le curseur peut légèrement bouger en fonction du goût des clients.
 
Cette démarche me mène naturellement dans les boutiques du Monde Sauvage, lieu de rencontres et de découvertes qui proposent des créations hors des sentiers battus. J’y trouve des objets et des tissus qui répondent à mon style sans avoir l’impression de suivre les canons de la mode. C’est un joli mélange de choses très classiques comme j’aime, de pièces en velours ou en soie aux détails singuliers, d’associations de couleurs uniques ou de si jolies imperfections.

Le bon goût, vous en pensez quoi ?

S’approprier le bon goût serait un peu présomptueux, non ?

Il me semble que tout est une question de style. Avoir un style à soi, c’est ça le chic ! Éviter de s’approprier ce que l’on voit partout et tout le temps, qui se décline en série de piètre qualité. Trouver la vérité dans ses choix : la sincérité en décoration c’est essentiel, cela permet de défendre un projet simplement et de le mettre en œuvre naturellement.

Mais c’est aussi et surtout une question d’équilibre. Le métier de la décoration ne consiste pas à proposer le « bon goût » mais plutôt à trouver la juste place des choses dans la vie des autres. J’accompagne de manière très intime la construction d’un foyer. La seule question que je pose à la remise d’un chantier n’est pas « Est-ce que vous trouvez cela beau ? » car cela est induit dans notre contrat, mais « Êtes-vous heureux de votre maison ? » Voilà comment les émotions, comme la joie, sont primordiales et font partie intégrante de la décoration.

Si vous étiez une pièce de la maison ?

Même si les émotions font le tour de la maison, je pense évidemment à la cuisine, pièce de joie absolue, la plus conviviale de la maison, un lieu de complicité et d’échange. Elle symbolise un art de vivre à la française, on y prépare nos bons vieux petits plats. J’adore cuisiner aux yeux de tous pour profiter de mes invités, souvent nombreux dans notre maison du cap du Cotentin ! On ne fait pas qu’y cuisiner : on y dévoile des secrets, on discute avec ses ados, on y fait les devoirs ou on y partage des recettes. Et on peut y refaire le monde des nuits entières ! Bref, c’est la pièce la plus importante de la maison, que j’aime concevoir comme un espace ouvert, très souvent teinté de bleus ou de verts heureux.

Le top 3 de votre bucklet list ?

► « Prendre le maquis » en Corse le plus souvent possible pour ressentir à chacun de mes séjours cette même émotion brute au contact de cette terre rude, de ses plages de rêve, ses tours génoises vétustes, ses montagnes, ses forêts et ses rivières.

 

 Partir en famille avec nos trois enfants dans notre vieil et authentique Land Rover sur les routes d’Europe pour se déconnecter du quotidien et vivre l’aventure avant qu’ils s’envolent du nid.
 

 

 Écrire un livre* et abandonner derrière soi le sentiment de l’imposture so frenchy ! Car il faut savoir faire plusieurs choses dans la vie, entreprendre avec assurance et accomplir avec satisfaction ses désirs les plus cachés certes, mais les plus profonds. Comme une amie me le rappelait tout récemment en citant Albert Camus :
« Créer, c’est vivre deux fois. »
 

Si vous étiez un artiste ?

J’ai du mal à m’imaginer en une autre que moi, surtout dans la peau d’un artiste que j’admire. J’aimerais plutôt être une chanson. Une chanson qui fait partie de ma vie, qu’on connaît par cœur, dont on aime la couleur, qu’on écoute pour se rassurer, pour faire bouillonner certaines émotions en fonction de nos humeurs. Une chanson d’Alain Souchon par exemple, de celles qui m’accompagnent chaque jour : La Beauté d’Ava Gardner, On avance ou encore Foule sentimentale, la chanson de toute une époque.

Votre projet de rêve ?

Je viens de publier un livre*, une belle aventure dont je rêvais depuis plus de dix ans : une sorte de rêve accompli !
Mes rêves professionnels m’emporteraient aussi vers le sud de la France, la Corse, où je suis très impatiente de pouvoir décliner mon approche personnelle des couleurs, mon style fleuri et généreux au profit d’un projet méditerranéen… Qui sait ?
 

Votre obsession du moment ?

Les rayures ! J’essaie de changer un peu des fleurs et d’y associer les rayures. Elles sont intemporelles, nous plongent dans le bain de notre enfance et peuvent être réinterprétées à l’infini. Je suis littéralement tombée sous le charme du linge de lit Sandhills du Monde Sauvage, tout particulièrement le coussin à volants, clin d’œil au style British que j’affectionne tant. Je le trouve élégant dans toutes les couleurs et je vous félicite aussi d’avoir remis au goût du jour les polochons qui sont si confortables et donnent un fini impeccable aux lits, comme à l’ancienne. 

Les astuces d’Estelle

L’entrepreneuriat : enthousiasme ou folie ?

Persévérance, passion absolue et autonomie… L’entrepreneuriat se situe entre enthousiasme et folie totale ! Bref, c’est une grande aventure palpitante qui sous-entend que vous actionniez souvent seule et de front tous les leviers d’une entreprise : de la création d’une idée à sa réalisation, le chemin est parfois long et fastidieux. Ceci exige de la ténacité, une passion dévorante et une grande capacité à convaincre car vous devez emmener avec vous votre famille, vos partenaires et vos clients vers le même point de convergence : votre idée !

Un chemin semé d’émotions

Je pratique un métier assez enivrant car il est instinctif et repose avant tout sur des sensations, des relations humaines, des projections irrationnelles et, bien entendu, sur des émotions. Il s’agit assez peu de compétences académiques mais plutôt d’expériences acquises au fur et à mesure des chantiers qui viennent asseoir cette drôle de sensation de « savoir » quel décor sera créé dans chacun des lieux qu’on me confie.
 
 
C’est en commençant par créer mes propres décors que ce style s’est imposé. Mon chantier signature, c’est celui du Cotentin : c’est là que tout a commencé et c’est aussi le plus personnel. Il s’agit d’une charming maison de famille au Cap de la Hague, où la mer se confond avec le ciel. Cette maison, ce fut vite « la mienne » même si nous y vivons à cinq voire beaucoup plus ! C’est un refuge familial et amical. Pendant les douze mois de chantier, j’y ai peaufiné toute ma méthodologie et développé les bases de mon offre. Je me suis alors lancée dans la création de mon agence pour proposer mes services et conseils. Ensuite tout s’est enchaîné : appartements familiaux, bureaux, salles de réunion…
Je collabore aujourd’hui autant avec des particuliers que des entreprises. J’aime qu’ils aient l’impression d’avoir toujours vécu dans le décor que je crée. Je suis en mesure de proposer à mes clients toute la conception d’un projet de rénovation (cahier des charges, concept décoratif) et sa mise en œuvre (suivi de travaux) en intégrant bien sûr et avant tout la décoration et l’ameublement. Récemment j’ai répondu à une demande de dernière minute d’une cliente qui souhaitait rendre vivant et personnel son bel atelier d’artiste un peu froid. J’ai choisi d’habiller l’espace de teintes bronze : j’ai notamment sélectionné le tapis Balmoral du Monde Sauvage que j’ai assorti au linge de lit Sandhills et au couvre-lit en lin gaufré, devenu pour moi un incontournable grâce à la palette des coloris existants.

Joie !

La joie est évidemment une source d’inspiration et j’y ai consacré tout un chapitre de mon livre*.
La joie est liée à la satisfaction d’un désir, à la réussite d’un projet ; elle résume l’état dans lequel on se trouve après avoir aménagé et décoré sa maison. Il est de mon devoir de satisfaire le besoin de beau de mes clients, ainsi que sur mon fil Instagram  ! Vouloir rendre la vie plus belle est ancré en moi. Et ceci avec peu : utiliser l’existant et trouver un souffle de simplicité pour réinventer les lieux. Je retrouve toute cette gaieté et ce besoin de confort, de sérénité et de bien-être dans les objets, les motifs et les matières du Monde Sauvage. 

Fleurs intérieures

L’ode à la joie dans une maison, c’est faire entrer l’extérieur à l’intérieur toute l’année, utiliser le langage des fleurs pour faire durer la saison bénie des bouquets. Mon marché préféré ? Mon jardin ou les fleurs sauvages que l’on peut glaner un peu partout dans les champs. C’est souvent la première chose que je fais quand j’arrive dans une maison pour m’y sentir bien.
Il existe plein d’autres façons de fleurir la maison : les semer sur les canapés avec des plaids, se la jouer fleurs grimpantes sur les murs grâce aux papiers peints fleuris, faire éclore les bouquets sur les assises avec un plaid.

Campagne anglaise

J’aime les lieux emplis de nostalgie, témoins du temps qui passe, les tons surannés et les peintures patinées. Le style British c’est la quintessence de tout cela : des couleurs en demi-teintes, des boiseries et des fleurs. C’est le fameux style cottage, qui s’inspire des maisons de campagne traditionnelles, que j’ai traduit, à ma manière, dans ma petite maison située en face de l’Angleterre, dans la presqu’île du Cotentin.

 

Sur mesure ou meubles de famille ?

C’est encore une question d’harmonie mais aussi d’héritage émotionnel ! J’ai hérité du goût pour l’ancien, j’adore les objets uniques qui ont une histoire, loin de la production en série. Je chine énormément, pour moi comme pour mes clients ; c’est ma signature. Mais je laisse aussi la part belle au neuf, dans le choix des luminaires notamment que je choisis souvent chez Original BTC (encore un Anglais !) ou pour des pièces maîtresses de la maison qui peuvent apporter de la singularité. J’agence beaucoup de meubles sur mesure en boiseries peintes pour rendre l’espace pragmatique, profiter des moindres recoins des appartements parisiens et trouver de la place pour nos grandes familles. Je suis très fière d’un vaisselier que j’ai créé de toute pièce pour un coin salle à manger d’un appartement haussmannien : montrer sa plus belle vaisselle mélangée à des livres d’art, des bougies et objets, c’est une forme de modernité.

L’équilibre des couleurs

La couleur est au centre de mon travail et c’est que je travaille toujours en amont pour donner le ton d’un projet décoratif. Comme l’architecte qui va réfléchir au plan d’une maison, je pense à l’architecture colorielle qui va structurer le futur décor. C’est le point de départ pour agencer, meubler, décorer, illuminer. Pour choisir une couleur, il faut savoir se projeter et comprendre son langage. Mon secret ? Ne pas suivre les fausses bonnes idées et les prérequis (ne pas peindre d’une couleur sombre une pièce sans fenêtre ou que le blanc agrandit tout…).
Il y a deux grands principes à respecter : l’orientation et l’harmonie. Suivre l’orientation et la lumière est primordial : les pièces les plus illuminées semblent toujours plus claires, il ne faut donc pas hésiter à « monter en couleur ». En revanche, les couleurs exposées au Nord tournent légèrement au vert. Un gris foncé peut devenir kaki dans une pièce sombre. L’harmonie c’est trouver le juste équilibre des couleurs ; c’est assez instinctif. Pour créer un univers doux et serein, je conseillerais la jolie palette des bleus gris et du vert-de-gris, des teintes un peu surannées qui créent une ambiance douce, un décor onirique et poétique.

 

Coussins all over

J’adore les coussins, pour le côté pragmatique et décoratif : c’est à la fois un élément fort en décoration et un élément de confort incontestable et démultipliable quand on aime recevoir. J’aime les mélanger en taille et en motif, cela donne de la personnalité à une pièce unie ou à un grand Sofa blanc. Pour rendre le sofa confortable, il faut bien étudier les tailles ; j’opte généralement pour deux grands rectangulaires, deux grands carrés pour les coins et des plus petits pour se « caler », comme les coussins Sweet, si élégants.
Pour le lit, en revanche, je préfère un décor plus structuré : deux oreillers carrés et deux rectangulaires. Les housses peuvent êtres différentes dans le motif mais de la même gamme de couleur.

 

 

* La décoration des émotions, Éditions Flammarion, en librairie le 27 avril 2022

 

Découvrez la shopping list d'Estelle

@estellequilicidecoration

 

Crédits photos :
@cecileperrinetlhermitte
@cecilemoli