Vous êtes mordus de déco
mais, une fois votre joli magazine fermé,

 

comment adapter les préceptes de pros chez vous ?

Place aux personnalités qui nous sont chères et qui ont eu
la gentillesse de partager leur vision de la décoration.

Avec générosité, elles vous livrent leurs choix assumés
et partagent tips et conseils inspirants
.
 
Aujourdhui la parole à
 

Cécile Misc

 
 
 

Cécile, pouvez-vous vous présenter ?

Parisienne de naissance, mes racines familiales sont en Italie et en Touraine. Ces terres ont éveillé en moi le goût pour les vieilles pierres et pour l’Histoire, ma formation initiale. J’ai longtemps mis les voyages au centre de ma vie, au point de faire un tour du monde avec celui qui est devenu mon mari. À notre retour nous avons construit notre vie entre Paris et la campagne en rénovant nous-même une petite maison, dans le Morvan, en Bourgogne. Elle est posée dans un pré, face à une vue magnifique et un lac en contrebas. C’est notre dreamhouse. Nous y sommes maintenant installés depuis fin 2020.

  

 

Votre mantra en déco ?

« Good things take time. »

Le bon goût, vous en pensez quoi ?

J’en pense qu’il faut de tout pour faire un monde et qu’il est bien prétentieux de décréter ce qui est de bon goût de ce qui ne l’est pas. Le goût est aussi une question d’époque, il change tout le temps et c’est bien comme ça. Les visionnaires sont souvent incompris de leurs contemporains puis adulés, c’est le regard de la société sur eux qui change et donc notre goût. 

 
 
 

Si vous étiez une pièce de la maison ?

La pièce à vivre s’il ne devait y en avoir qu’une parce que, par définition, elle est polyvalente. Mais, franchement, j’adore aussi le confort de notre master bedroom.

 

Le top 3 de votre bucklet list ?

C’est vraiment propre à chacun. Pour certains ce sera de voyager, d’élever des enfants, de s’engager ou encore de construire une belle maison. Pour moi, la base c’est :

Aimer - Être aimer - S’émerveiller. 

 

 Si vous étiez un artiste ?

Un musicien je pense. C’est un peu magique à mes yeux la puissance des émotions véhiculées par la musique.

Votre projet de rêve ?

J’aimerais dessiner ma maison idéale. Elle réunirait toutes les influences stylistiques que j’aime (sans aucune contrainte d’urbanisme bien sûr, on est dans un rêve !). Elle serait conçue pour être presque invisible dans le paysage et elle serait posée face à un lac de haute montagne ou sur une des îles Éoliennes. Mais mon rêve ultime, depuis toujours, c’est de voyager dans le temps, un vrai rêve donc ! 😉

 

Votre obsession du moment ?

Dessiner les derniers meubles sur mesure dont nous avons besoin pour notre maison et les voir naître dans notre atelier. Je compte aussi développer mes activités liées à l’univers de la maison en proposant une activité de conseils en ergonomie de l’habitat.

 

 

Les tips de Cécile

 

 

Paris, c’est fini ?

Depuis décembre, oui. Nous avions prévu de remonter régulièrement sur la capitale mais les confinements successifs n’aident pas. Cela dit Paris ne nous manque pas du tout. Nous avons une qualité de vie exceptionnelle dans notre campagne très rurale. C’est une vie particulière mais qui correspond complètement à nos natures profondes et nos aspirations à ce moment de nos vies.

Rénover en mode DIY, ça veut dire quoi ?

Ça veut dire être patient, avoir une âme d’autodidacte, investir dans de l’outillage de bonne qualité, ne pas viser la perfection mais donner le meilleur de soi-même et être prêt à détricoter et à refaire si on s’est trompé. 

 
Lors d’une rénovation, que garder du lieu d’origine ? 
Ce qui nous touche, ce qui nous inspire, ce qui a du caractère. 
 

Votre gamme couleur préférée ? 

Sans hésiter, le vert de gris ! Les couleurs sourdes et fanées au charme intemporel me plaisent. Je choisis avec beaucoup de soin les couleurs des peintures, des textiles, des papiers peints… Je veille à ce que des dialogues harmonieux s’installent, que tout se réponde. L’an dernier, j’ai créé une collection capsule de peintures. Cela a été une expérience de direction artistique qui m’a énormément plu.

 

 


Peinture et/ou papier peint ?

 

 
Mais les deux ! Un Wallpaper pose immédiatement un décor fort. C’est si simple à poser, en une heure on peut métamorphoser une pièce !   
 

 

Le fil rouge dans une maison ? L’élément qui crée le liant ?

 
Cela peut-être une gamme chromatique, un sol identique dans chaque pièce, une même essence de bois… Cela peut aussi être un parti pris. Par exemple, chez nous, la maison datant de 1900, j’ai quelques éléments clin d’œil à cette époque en dialogue avec une base décorative intemporelle. Je veille aussi à intégrer dans chacune des pièces, même la salle de bains et les WC, un meuble ou un luminaire vintage chiné.
 
 

 
Superflu l’accessoire ? 
 
Il est essentiel ! C’est souvent par lui que s’exprime toute la personnalité d’un intérieur. Par définition, il est mobile, plus facile à trouver dans le commerce, plus accessible financièrement. Pour peu que l’on ait un peu de rangements, on peut accessoiriser sa maison différemment selon les saisons et ses humeurs, mixer, tenter des associations.  
Coussins et plaids apportent confort visuel et tactile, voilages et rideaux, confort acoustique et thermique. Quant aux luminaires, il ne faut pas hésiter à les multiplier dans une même pièce, pas pour se la jouer Versailles tous les soirs en les allumant tous mais pour, au contraire, varier ceux que l’on allume d’un soir à l’autre.
 

 

Comment faire entrer la nature chez soi ?
Spontanément, on a tendance à penser au végétal ou au bois. Dans notre appartement parisien, j’avais consacré un pan de mur à une accumulation de plantes vertes. À la campagne, comme je n’aime pas du tout la symbolique des fleurs fraîches coupées, j’ai disposé des fleurs séchées partout. 
On y pense moins mais le minéral, les patines, les oxydations sont aussi une façon de faire entrer la nature chez soi. J’ai découvert un matériau génial, la feuille de pierre naturelle opaque et translucide, que j’ai utilisée dans notre maison en crédence de cuisine, en décor mural et même en luminaires !
 
 
Quelle relation entretenez-vous avec la matière ?
 
Spontanément, je dirais que j’ai avec la matière un rapport contemplatif et tactile. Il faut qu’un matériau m’enchante visuellement au quotidien mais aussi qu’il soit agréable au toucher, qu’il soit « confortable ». Du lin pour des canapés et des rideaux, du bois de chêne pour s’attabler, du béton ciré pour un plan de travail de cuisine… Je n’imaginerais par exemple pas du tout dîner sur une table en verre glacial, préparer à manger sur du marbre froid ou, pire encore, avoir des assises outdoor en plastique ou en métal.

 
 

☞ Découvrez la shopping list de Cécile

 @cecilegs_misc

 https://www.misc-webzine.com